Au Local

restaurant le Local

Je sais, je suis plus qu’en retard pour un scoop sur le très connu restaurant de Louis-François Marcotte. Mais bon! Mieux vaut tard que jamais et vous avez peut-être eut la chance d’y faire votre tour depuis son ouverture. Dans mon cas, c’est plutôt sur un coup de tête qu’accompagnée de ma copine Clarah, nous avons opté pour ce resto et particulièrement pour sa terrasse vu la soirée magnifique du mois de juin qui s’offrait à nous.

Ok, je l’avoue… j’étais plutôt réticente à la visite de ce resto pour l’unique et simple raison que je trouvais que l’on accordait beaucoup de visibilité à ce restaurant et que la « crowd » me semblait être une gang de « m’as-tu vu? ». Bon… je n’avais pas si tort avec la clientèle d’affaires de 5@7  mais n’en demeure pas moins que nous y avons été bien servit et que nous avons bien mangé! C’est l’essentiel!

À manger!

Après avoir reluqué de longues minutes le menu, j’opte pour les cromesquis d’escargots à la chapelure d’herbes, aïoli aux poivrons grillés, salade de fenouil croquant, tomate, olives et laitue frisée, un véritable coup de coeur pour ces escargots autrement servis que dans un semblant de beurre citronné. Hourra! Les escargots, du moins son enrobage, était croquant sous la dent et son accompagnement s’agencait à merveille! Clarah de son côté, après mûres minutes de réflexion a choisi la gaspacho de tomates de vignes servie un rouleau de crabe bleu. Parfait pour la période estivale! La gaspacho était bien assaisonnée et il ne restait plus grand chose de l’entrée au retour du serveur.

Pour la suite,  j’ai fait un choix un peu saugrenu dans mon cas, les raviolis de courges musquées, sauté et bouillon de champignons sauvages, huile de cèpes et roquette sauvage. Pourquoi saugrenu? Parce que j’ai toujours eut un petit problème avec la « butternut » dans mes pâtes. Mais bon… il y avait des champignons donc pourquoi pas! Le plat était bien exécuté, un peu lourd sur l’huile de cèpes mais délicieux dans son tout. Ma chère compagne a jeté son dévolu sur le magret de canard laqué, « stir fry » de légumes et crevettes de roche, racines de lotus au curcuma, oignons verts et noix d’acajou rôties. J’avoue ne pas comprendre à ce met sur le menu, qui ne répond en rien à la suite logique de celui-ci mais la madame était contente donc… Les légumes étaient croquants sous la dent, le canard cuit à perfection.

Finalement, nous nous sommes fait servir une trilogie de micro desserts, les mignardises, soit: revello maison, clafoutis aux bleuets et gâteau aux amandes. Ça finalisait bien notre repas sans trop nous faire regretter ces dernières bouchées sucrées.

Est-ce que je vais y retourner? Probablement avec un groupe d’amis un soir de semaine où la clientèle est un peu moins « foamée ».

 p.s.: Désolée, je n’ai pas de photos, pour une des rares fois, ma gêne à pris le dessus vu la proximité de notre table, sans reproche, avec des hommes d’affaires en pleine conversation!

p.s.s: Si vous êtes chanceux, vous pourriez tomber sur un très sympathique serveur du nom de Benjamin! 😉

Restaurant Le Local
740 william, Montréal
514 397.7737 (je suggère fortement de réserver!)

Aucun commentaire pour le moment.

Écrivez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *